Mon logement de demain


Réalisée par la Chaire Immobilier et Développement Durable de l’ESSEC Business School et Harris Interactive, sous la direction du Professeur Ingrid Nappi-Choulet, l’étude Mon logement de demain révèle la manière dont les jeunes imaginent leur logement et ville idéals au moment de leur entrée dans la vie active. L’enquête a été menée en ligne du 28 juin au 4 juillet 2017. Elle constitue le troisème volet de l'enquête Ma ville de demain.

L’étude Mon logement de demain fait ressortir plusieurs enseignements majeurs quant au logement idéal pour les jeunes qui entrent dans la vie active.

Quel serait le logement idéal des étudiants pour demain ?
> La situation géographique
Près de 6 étudiants sur 10 souhaitent rester vivre et travailler dans la ville où ils étudient actuellement. Les grandes villes françaises (de plus de 100.000 habitants) et leurs périphéries attirent les préférences de 60% des étudiants quant à leur choix de vie à la fin de leurs études.

30% se voit idéalement habiter une grande ville autre que Paris. Paris intra-muros ne retient l’attention que de 15% d’entre eux. Et 31% souhaitent habiter dans une ville moyenne ou petite.

En termes de logement idéal, les étudiants sont partagés entre un appartement de centre-ville bien desservi et proche des commerces et services (42% choisiraient cette option), et une maison en périphérie de ville entourée d’un jardin (40%), ou 17% pour qui le logement idéal se situe dans une maison en milieu rural, proche de la nature. Dans le premier cas, 54% d’entre eux sont prêts à partager un jardin ou espace potager. 

> Les critères de sélection
Une fois la ville idéale identifiée, le choix du logement s’axe en priorité sur le prix (95%), la sécurité du quartier (89%) ainsi que la proximité du logement avec les commerces (86%) et avec leur futur lieu de travail (85%). C’est d’autant plus le cas auprès des étudiants qui souhaitent s’installer à Paris. Pour les critères de choix « tout à fait prioritaire », la sécurité dans le quartier est le second critère tout à fait prioritaire (48%) bien loin devant celui de la proximité des commerces (27%) et derrière le prix (60%). 

> L’écologie et l’environnement
Les étudiants accordent une grande importance aux caractéristiques écologiques et environnementales de leur logement : pour 90% d’entre eux l’efficacité énergétique du logement sera un critère important dans leur choix futur, 85% pour la possibilité d’accéder aux commerces et services sans recourir à la voiture, 75% pour la proportion d’espaces verts dans le quartier.

Les étudiants sont également 72% a déclarer qu’une mauvaise qualité de l’air dans une ville ou un manque d’espace sont susceptibles de leur faire refuser une opportunité professionnelle dans cette ville. 

Un logement connecté ?
> Les étudiants et les outils connectés
6 étudiants sur 10 déclarent avoir déjà entendu parler de la notion de « logement connecté » dont les principaux intérêts perçus sont les potentielles économies d’énergie (74%), la simplification de la vie (73%) et surtout la sécurité de ses occupants (76%).

> Une méfiance à l’égard de la gestion des data
Néanmoins les étudiants se montrent très concernés par l’usage qui peut être fait de leurs données personnelles collectées sur internet. C’est une préoccupation pour 8 étudiants sur 10, dont 32% se déclarent même
« très préoccupés ». Les principaux risques identifiés sont les possibilités de malversation (93% s’en montrent « préoccupés »), le fait que ces données ne puissent jamais être définitivement effacées (82%), que leurs déplacements puissent facilement être retracés (80%), mais aussi le fait que ces données personnelles soient réutilisées à des fins commerciales (75%).
 

Le campus idéal ?
> Un campus plus vert que high-tech
Les étudiants imaginent dans l’idéal leur campus comme « écologique et arboré » (51%), plus que « intelligent et connecté » avec une forte place du numérique (22%).

Même s’ils anticipent le développement des enseignements sur internet et des MOOCs (Massive Open Online Course, ou formation ouverte en ligne et à tous) au cours des prochaines années, une grande majorité d’étudiants préfèrerait que les enseignements continuent à se dérouler dans des locaux en présence des enseignants et des étudiants (7 sur 10 étudiants).


TÉLÉCHARGER L'INFOGRAPHIE